Pierre Schuller . "Auprès de son arbre" n° 402 - 04/12/2018

 

Les Décal’çons quand je les ai rencontrés pour la première fois dans un festival, il y a plus de seize ans maintenant, étaient quatre : Georges Péala, Philippe Boischot, Joël Bosc et Jef Charles.

Leurs deux premiers albums datent de 1997 et de 2002 (ils sont chroniqués dans la rubrique CD de notre site) et je les pressais à chaque fois que je les revoyais d’enregistrer un nouveau disque. Les voir et les entendre sur scène était un régal pour les yeux et pour les oreilles ! Leurs « Funérailles d’antan » par exemple était un modèle d’humour et de finesse... Mais les occupations professionnelles respectives du quatuor et leur éloignement ne facilitaient pas la chose et la disparition de Georges Péala, l’auteur du groupe (et par ailleurs le meilleur interprète de Félix Leclerc qu’il m’ait jamais été donné d’entendre) mit en veilleuse le groupe.

C’est donc avec un immense plaisir que je salue la sortie de ce disque où Philippe Boischot, Joël Bosc et Jef Charles rendent hommage à Georges Péala en interprétant 5 chansons de leur ami disparu, dont Caméléon une chanson qui prend toute sa résonnance dans la période que nous vivons en ce moment (un chef-d’œuvre, je souligne) et Je vole bel hymne à l’amour. La galette commence avec un Félix Leclerc que je ne connaissais pas, Race de monde, et se termine avec La messe au pendu, un des plus beaux textes de qui vous savez. J’écris « se termine », mais ce n’est pas vrai car il y a un bonus que je vous laisse le soin de découvrir et qui doit beaucoup à Michel Simon et à Serge Gainsbourg, mais oui !!

Tout compte fait, malgré le travail que ça me donne, je vous recopie tous les titres de ce bel album que je vous recommande, vous m’aviez compris, j’espère... :

Race de monde (F. Leclerc), Dans l’eau de la claire fontaine (G. Brassens),Elle (G. Péala), La princesse et le croquenote (G. Brassens), La colombe (J. Brel), L’aube incertaine (G. Péala), Le fantôme (G. Brassens)

Goëland (G. Péala), Philistins (J. Richepin/G. Brassens), Caméléon (G. Péala), La marche nuptiale (G. Brassens)

Au suivant (J. Brel), La poche (G. Péala), A l’ombre du cœur de ma mie (G. Brassens), Je vole (G. Brassens)

La messe au pendu (G. Brassens)  + un bonus..

Babel Canto juillet 2016

Nouvelle République 9 oct. 2012

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now